Le SMIC : Salaire minimum interprofessionnel de croissance


On peut définir le SMIC, comme étant l’équivalent du salaire horaire minimum légal. Aucun salarié ne peut être rémunéré en dessous de ce salaire, sauf les salariés mineurs et les apprentis. En effet, un abattement est applicable pour les jeunes salariés et les apprentis de moins de 26 ans titulaires d’un contrat d’apprentissage ou d’un contrat de professionnalisation. Il est à rappeler que les employés majeurs bénéficient alors au moins de ce salaire, qu’il soit rémunéré au temps, à la commission ou encore à la tâche. Cependant, les VRP qui ne sont généralement pas soumis à un horaire de travail, font exception.

A propos du montant de ce salaire minimum de croissance, il est en général établi à 1430,22 euros bruts par mois. Concernant le minimum conventionnel, il sera versé sur le compte du salarié si celui-ci n’est pas inférieur au montant de ce salaire minimum. Par contre, s’il n’est pas supérieur au Smic, le patron aura à verser un complément de salaire qui servira à atteindre le montant du Smic. Il est par ailleurs à noter que pour être certain que le salaire est au moins l’équivalent du Smic, le salaire de base, certains primes et autres avantages doivent être inclus dans le calcul.

Néanmoins certaines sommes sont exclues du calcul. On peut citer les remboursements de frais comme la prime de transport ainsi que les primes d’intéressement et de participation. On peut aussi désigner les majorations pour les heures supplémentaires, les primes d’ancienneté, d’assiduité, de fin d’année et de vacances. D’autre part, on doit également savoir que le Smic est toujours reconsidéré en début d’année. Cette reconsidération dépend de l’inflation mesurée pour une partie des ménages aux revenus les plus faibles. Le gouvernement est d’ailleurs libre de l’augmenter à n’importe quel moment.