Menu

FIP et défiscalisation : mode d’emploi

- Fiscalité
FIP et défiscalisation : mode d’emploi

Le fait d’investir dans un FIP, autrement dire fonds d’investissement de proximité, offre des avantages fiscaux comme, par exemple, une réduction d’impôt à hauteur de 18% des fonds placés. Qu’est-ce que précisément un FIP et quels bénéfices pouvons-nous en tirer : voici l’essentiel à retenir sur le FIP et la défiscalisation.

Les  fonds d’investissement de proximité

On appelle FIP des fonds dont, au minimum, 60% des sommes investies le sont dans des PME européennes situées dans une zone comprenant quatre régions limitrophes – ce nombre va prochainement passer à trois. Les FIP doivent respecter également d’autres critères. Par exemple, les investisseurs ne doivent pas investir plus de 50% dans une région, le ratio d’amorçage doit être de 20% dans des entreprises de moins de 8 ans et les sociétés concernées doivent comprendre au moins deux salariés.

La défiscalisation

Dans un premier temps, investir dans un FIP offre une défiscalisation de 18% des sommes placées. Cette remise n’est valable que la première année. Or, lorsque l’on investit dans un FIP, on doit s’engager au minimum 5 ans – sauf en d’imprévu comme une invalidité. S’il rompt le contrat avant les 5 ans, le contribuable doit rembourser les 18% de remise. C’est pourquoi il est préférable de voir cet investissement sur le long terme et de ne pas s’engager uniquement pour la remise d’impôt. Toutefois, d’autres avantages viennent compléter la défiscalisation. Le contribuable bénéficie d’une exonération d’impôt sur les plus-values et peut obtenir une autre remise d’impôt sur le revenu s’il est redevable de l’ISF et s’il remplit des conditions spécifiques.

Enfin, il est à noter que la remise d’impôt – et donc l’investissement – est plafonné. Cette dernière peut aller jusqu’à 2 160€ pour un célibataire et 4 320€ pour un couple.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :